lundi 13 juillet 2015

François Hollande [tous ensemble, tous ensemble]



Tu sais que je ne suis pas fan de François Hollande. Disons qu'il est, dès le départ et à mes yeux, le plus mauvais choix que pouvait faire la gauche pour s'installer aux manettes du pays. Ce point de vue a été conforté après sa première rencontre avec madame Merkel. Au lieu de rester sur le mouvement de sa campagne, sur l'énergie de son élection, au lieu de retourner la table, option qui avait ma préférence, il a traité ça tout en rondeur. Comme si Angela avait une passion pour la délicatesse.

Ça m'a un petit peu énervé.

Mais là, je suis obligé de reconnaitre qu'il a bien manœuvré pour éviter  la sortie de la Grèce de la zone euro. Au milieu de tous les pays qui étaient plus ou moins d'accord pour l'envoyer se faire voir, sur la carte, il demeurait la France, ultime camp retranché des irréductibles. S'il n'a pas dû passer un week end facile, il a donné à entendre une musique différente en Europe, non pas celle des experts comptables mais celle des humanistes : la Grèce est le berceau de notre Histoire européenne, elle ne PEUT pas en sortir.

Ça m'a un petit peu fait plaisir.

Evidemment le lendemain est comme un lendemain de cuite. Quand je sors du symptôme de Stockholm, pour découvrir ce qui a vraiment été signé. Si la volonté du peuple grecque était de rester parmi nous, ils vont maintenant découvrir le prix de l'abonnement. Ce plan est une véritable saignée économique et une prise du pouvoir des instances européennes sur un pays démocratique qu'ils ont mené à l'abattoir. L'animal a lutté toute une nuit avant d'en accepter l'augure.

Ça m'a un petit peu dégouté.

Quel est ce président de gauche qui livre ainsi un pays ami dont il a lui-même lié les mains, à son ennemi la finance ? Que se passe-t-il dans la tête d'un homme du Parti Socialiste — coucou Jaurès, coucou Mitterrand, coucou Jospin — au moment où il obtient la reddition d'une démocratie contre les banquiers rapaces ? Qu'est ce qu'on ressent à donner raison à l'orthodoxie comptable de la droite conservatrice européenne contre la volonté d'un peuple portée par Alexis Tsipras ?

Ça m'a un petit peu révolté.

Mais quand tu suis l'actualité, il est bon de ne pas rester les yeux collés sur l'écran. C'est aussi mauvais pour la vue que pour la compréhension. Il faut savoir relever la tête, reprendre un peu de hauteur pour trouver des perspectives. J'essaie de faire cet exercice afin de comprendre la stratégie de François Hollande et j'arrive à cette hypothèse :

Maintenant qu'il a réussi à conserver la Grèce dans la zone euro [du moins si l'accord passe le vote des parlements nationaux] et que celle-ci va récupérer des moyens financiers, il va pouvoir pousser l'Europe à desserrer le verrou de l'austérité. Ces cinq dernières années, la Grèce a été le laboratoire d'une politique économique qui a mené le pays à sa ruine. Si les créanciers veulent récupérer leurs billes et s'ils ne sont pas idiots, ils ne vont tout de même pas recommencer les mêmes erreurs. Ils doivent changer de méthode.

Il faut, dans le sud de l'Europe comme ailleurs, retrouver de la croissance et François Hollande peut à présent défendre l'idée de relâcher la pression des traités. Si l'Europe est sauvée par ce compromis, après ces négociations au bord de l'abîme, elle est à l'état de ruines. Reprendre le chemin de la croissance, tous ensemble serait le meilleur moyen de faire renaître le projet européen. Le locataire de l'Elysée a de nouveau une chance d'être un grand président de la République en portant cet étendard. Il a maintenant l'occasion d'utiliser la Grèce comme le cheval de Troie d'un changement de la stratégie européenne.




Nota benêt : en même temps, un pays qui aime autant
les ruines, il y avait de quoi se méfier. 


dimanche 31 mai 2015

La démocratie [je pose ça là…]





La démocratie, telle que nous la pratiquons aujourd'hui est arrivée en fin de course. Il y a d'abord les partis bien en place qui empêchent par leur accaparement des financements publics, tout autant que par la manière dont ils choisissent leurs candidats (la reproduction des élites), toute irruption d'un chien dans le jeu de quilles. Il y a ensuite les industriels et les banquiers qui œuvrent dans la coulisse, qui sont reçus et écoutés au Château et dans les allées du pouvoir, qui signent des amendements prêts à voter pour expliquer et contrer le danger qu'il y aurait à modifier des règles qui leur profitent.

Tu peux bien voter pour A ou pour B, selon tes convictions ou parce que tu auras été séduit par un discours nouveau chantant haut et clair ce que tu reconnais comme tes revendications et tes espoirs d'une société meilleure, ça ne peut rien changer. Puisque A et B sont issus de ces partis qui sont eux-mêmes une pièce du puzzle, qui ne souhaitent pas transformer une organisation qui justifie leur existence. Les partis du système présentent des candidats du système pour maintenir le système.

Il y a enfin, par dessus tout cela, l'Europe. Ce machin si peu démocratique au-dessus des Etats qui les empêche de tenter des expériences, qui érige des normes en dehors desquelles il n'est pas permis d'aller. L'Europe qui impose au long cours de soutenir son libéralisme de naissance puisqu'elle s'est tout d'abord bâtie en tant que marché unique et que cela reste son seul objectif. Son seul ADN héréditaire est le commerce, pas le soutien aux populations. Elle s’affaire à son unique objet : que l'argent circule entre commerçants et nullement à ce que les pauvres puissent se nourrir.

L'Europe enfin qui, même si elle se réformait pour modifier son objectif politique, même si elle décidait finalement de devenir un organe de la représentation du peuple, agit à un tel niveau, à une telle échelle, qu'elle reste matériellement trop éloigné du citoyen. L'Europe, cette dilution excessive de la démocratie* où ton bulletin compte pour une part infinitésimale à la sortie des urnes. La masse du nombre d'électeurs et les règles de la représentation empêchent l'émergence rapide d'une force contradictoire, d'une opposition légitime à cette forme d'Europe.

En construisant cette union européenne supra-nationale, les libéraux ont rendu l'Etat inopérant, étouffé dans ses prérogatives par une cage réglementaire infranchissable et par un contrôle continu de ses finances*. Ils ont dilué l'expression démocratique, imposé comme seuls critères d'appréciation les richesses produites et jamais le bien-être des populations.

Tu crois que j'exagère alors que tu as sous les yeux l'exemple de Syriza*. Comment l'Europe traite ce mouvement légitimement issu des urnes, de la volonté du peuple grec afin de rétablir le pouvoir politique et de s'opposer aux forces de l'argent, comment elle tente d'étouffer chez eux toute velléité de tenir la promesse faite aux électeurs. Il suffit de voir avec l'exemple de Syriza, combien l'Europe s'oppose à ce pouvoir électoral qui est le nôtre pour maintenir vaille que vaille, le système en l'état. Or, il nous faudrait réformer ce système arrivé en fin de course…


Nota benêt : nos élus ne sont plus
nos représentant, ils sont en représentation


[Source de l'image*]
 

vendredi 15 mai 2015

Twitter [et l'évolution ?]




Si j'étais le PDG, je me lancerais dans la création d'un espace de micro-blogging en parallèle et lié à chaque profil Twitter. Ce serait un espace réservé sur lequel épingler certaines tweet story (de soi ou d'autres), qui offrirait de pouvoir recycler des tweets existants et leur offrir une seconde vie.

Evidemment, il sera possible dans ce Twitter-blog, de produire des articles de toute sorte avec l'incrustation de vidéo venues de Periscope ou Vine mais sans exclusive. Twitter offrirait ainsi un peu plus d'air à son système de brèves qui s'essouffle. J'en viens à me dire que c'est cette contrainte des 140 caractères qui étouffe à présent les utilisateurs.

Maintenant que les twittos sont matures, Twitter peut passer à l'étape suivante qui est de transformer le service en centre d'information complet. D'un point de vue économique, Twitter augmenterait sa surface publicitaire disponible et, mieux repéré par les moteurs de recherche, il absorberait un plus grand trafic et donc son audience.

Bien entendu, je ne suis pas PDG. Twitter, si tu me lis…

Source image

dimanche 15 février 2015

La baisse graduelle [coup par coup]

«Dès 1996, un rapport publié dans le Cahier de politique économique de l'Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) faisait les préconisations suivantes pour liquider les services publics : «si l'on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d'élèves ou d'étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d'inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l'enseignement. Cela se fait au coup par coup, dans une école et non dans un établissement voisin, de telle sorte qu'on évite un mécontentement général de la population.»
Christian Morrisson «la faisabilité de l'ajustement», cahier de politique économique, n° 13, Centre de développement de l'OCDE, 1996, p. 30 [cité dans «Gouverner par le chaos» éditions Max Milo]